Eldorados

De quels eldorados nous viendrait l’espérance
Que notre vie déroge à ses tristes soupirs
Pour inspirer l’envie et les pas d’une danse
Qui ne laisserait plus la peur nous asservir ?
 
On ne les trouve pas aux confins des nuages
D’un ciel imaginaire aux airs de paradis
Mais bien dans l’essentiel de tant de paysages
Que seule la conscience entrevoit et prédit.
 
Penser et deviner ainsi qu’il est une âme
Inquiète et pourtant fière, à force et à dessein
De voir l’humanité à peine en son entame
Tendre vers l’horizon d’un prodigue destin !
 
Et savoir que l’esprit de nos êtres mortels
Se trouve galvaudé par leurs temps dérisoires
Avant que de s’offrir aux rêves éternels
Pour dire l’idéel des tracés de l’histoire…

Fanch dans Poésie.
- 1012 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.