GRENOUILLES II

garées sur le rebord
de la ravine
à se gargariser des pluies
aux cheveux mouillés
les grenouilles se dégoupillent
 
luisantes dans le giron du nocturne
elles verrouillent leur paresse
quitte à craquer grotesques
par à-coups de corps et d’écarts
 
rehaussée les hormones saillantes
la chorale des sucions
s’agrippe troupeau dégoulinant
à sa paroisse poisseuse

en gravitation
presque bancales à se pâmer
bovidés en béance lippue
elles béent à la nuit marteau-piqueur
 
grappes grossissantes
sur fond verdâtre
elles stagnent dans le dévergondé
carénées cuisses gluantes
                                           
Cantilène des cartilages

DELAOUJESUIS dans Poésie.
- 1115 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.