Guacamol

Il y a quelque temps, j'ai découvert l'auteur Jean-Pascal LASSUS via un florilège édité par un de ses amis, Thibaut-Barnabé LACOUR, souhaitant ainsi lui rendre hommage.
Quelle excellente idée ! Il s'agit de "Poèmes gourmands". Tout le florilège est consacré à la richesse de nos produits destinés à la gastronomie ("Echalote"), transmettant une recette humoristique, décalée, voire osée ("Martine et la mayonnaise"), exprimant des métaphores sociétales ("La ronde des quiches", " Boudin noir et boudin blanc"), s'inspirant de son vécu tout simplement.
Cet ouvrage m'a émue. Il m'a fait rire et m'a porté les larmes aux yeux. Et lorsque je suis arrivée à une page ne comportant que le titre du poème sans l'œuvre, puisque jamais écrite, je me suis jetée sur l'invitation d'une page blanche ainsi offerte, tentant de conserver la particularité de ce style. En voici donc le résultat:

                                                                                     GUACAMOL


                                                               Ces deux petits là feront l'affaire, au jugé.
                                                             Leur peau épaisse, brillante et ridée verdoie
                                                            Je les tâte à pleines mains pour m'en assurer
                                                               Et fais sauter le gros pédoncule d'un doigt.

                                                                  Oh je ne vais pas en faire de la purée
                                                               Juste agrémentée de tomate et de citron
                                                          Je vais broyer la chair et en faire une écrasée
                                                          Et aussi y ajouter quelques nouveaux oignons.

                                                              Un peu de coriandre, sel poivre du moulin
                                                           D'un doigt trempé je goûte l'assaisonnement
                                                          Le porte à ma bouche avant de toaster le pain
                                                    Mon Dieu que c'est chaud ! J'y ai mis trop de piment !

CrayonGris dans Poésie.
- 1038 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.