Guerrier circassien

GUERRIER CIRCASSIEN

C'est au cours d'un matin où le petit déjeuneurs pris à la volée
Comme le temps me rattrapait à chaque moment.
Petit déjeuners composé chimiquement:
D'une quinzaine de goutte de Tercian,
D'un ou deux litres de café, teinté du cocktail
De fruit jus d'orange mélangé de Dépamide et autre psychotrope
Rien de mieux pour perdre le désir et la libido
Et ce visage renaissance le chapeau sur la tête
Le bleu n'a plus d'essence de tébérentine
Ce matin j'ai une drôle de trombine ;
Autrement dit la tête dans sac ou dans le cul
La bouche pâteuse et les remontées acides qui persistent
Vomir et écrire c'est voisin dans l'esprit
L'écrit vin contre l'écrit vain: un seul remède la gueule de bois ou le raptus
Cette tête n'a pas de visage ni d'oreille
Ce type de faciès n'a nul autre pareil
Que le fait pur ne soit plus que quelques schismes en sus en soi,
Je cherche à me casser en milles morceaux pour tenter de les recoller
Telle une mosaïque païenne du "craie tassée".
Je crache mes glaires comme de la peinture sur les toiles,
La typographie ne suit pas.
La reprographie elle ne le tenterait pas
Le typographe, lui tiperait et étriperait
Mais l'être mélasse de l'alphabet
Greco romain, syrtique, cyrillique.
Je n'écris pas dans la langue qu'il faut!
Je cherche dans la mémoire vive ce qui est déjà mort.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 1032 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.