HAINEUX

On me traque telle une bête,
Pour que je me soumette.
Car j’ai fui mes maîtres,
J’enfreins la loi, je ne suis qu’un cerf

Mais je veux être libre
De vivre ou de mourir
D’aller où je veux,
De croire qui je veux
En qui je veux
Satan ou Dieu !

On me dit fou dangereux
Que mon âme est attisée parle feu !
« J’entends les chiens,
Je devine mon destin
Mais je cours vers cet espoir
Auquel je veux croire
Ma sentence est proclamée
J’aurai la tête tranchée,
Mais ma vengeance est assoiffée !
Et devant mes geôliers, j’ai crié :
On me dit fou dangereux
Que mon âme est attisée parle feu !
Mais je suis haineux, haineux,
Avec rancœur et sans dieux !

Je suis haineux
Haineux de votre jeu
Du droit de vie ou de mort
Un jour vous aurez bien tort.
Haineux, haineux
N’oubliez pas mes yeux,
Et nos regards de feu
Ils reviendront d’ici peu.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 1134 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.