Hiawatha le petit indien 2/5...

Conte pour enfants dAndrée

HIAWATHA LE PETIT INDIEN 2/5...

OU EST PASSE YOYO.

Les amis du village, dont la chienne vient davoir une portée, ont offert à papa un joli petit chiot.
Adorable jouet, tout rond, tout blanc, avec juste une tache blanche sur le front et sur lœil.

Comme il lui faut un nom, cest la grande discussion dans le Wigwam dordinaire si calme.
- Na quun œil dit le vieux grand-père.
- Oeil taché choisit la petite sœur.
- le chien dit maman plus simplement.

Le père est indécis et Hiawatha aussi car ce nom voyez vous, dès quil laura appris, ce sera pour la vie.

Pendant que lon discute et que lon sinterroge, Petit Papouse, lui, serre bien fort contre lui, un chiot indifférent trop fort occupé à donner force coups de langue au bébé enchanté, qui, à pleine voix, gazouille des Yoyos fort câlins !

Tout le monde se regarde …...
Pourquoi chercher ailleurs ce nom que le petit dans son exaltation vient de leur suggérer.
Il na pas dit papa, il na pas dit maman, juste : Yoyo.
On lappellera Yoyo puisque ce fut le premier mot prononcé par Bébé.

Notre chien fut de tous les jeux, de toutes les promenades.
Il a linstinct chasseur….. Normal puisque lui aussi est de race ; mais ça, vous le saviez.

Ce jour là, les enfants partent à la chasse, oh ! De menu fretin, le reste réservé aux grands.
Leurs arcs à la main, le carquois empli de flèches pendant à la ceinture, chacun part à laffût même Tamatha, la sœur, tolérée par la troupe, car se chargeant du panier du goûter.
Chacun de suivre sa piste. Petit indien aussi, Yoyo sur ses talons.

- Tiens se dit notre chien se figeant soudain devant un trou creusé dans un talus herbeux.
- Mais cette odeur là, inconnue ne m'est point!
- Commençons notre chasse.
- Cest celle dun lapin tapi dans sont terrier, dans lequel affolé il a cherché refuge.

Comme lentrée est étroite, notre chasseur têtu, gratte avec frénésie la terre meuble du talus et le trou doucement sagrandit.
En rampant, notre Yoyo savance lentement, il se croit victorieux mais hélas ! Soudain se trouve bloqué, ne pouvant plus avancer et ne pouvant plus reculer.
Vengeance du lapin, ou du terrier violé, allez donc savoir ?
Ses abois désespérés pour appeler son maître restent sans effets.

Lassé de linterpeler, Hiawatha lui aussi repart vers la maison, pas très inquiet pourtant. Connaissant le chemin, le chien sera ce soir, sûrement revenu de sa longue escapade.
Pourtant, quand la nuit tombe, pas de Yoyo en vue.

Dès le lendemain, personne ne layant vu, tous repartent dans les bois rechercher le fugueur.
Certes, dans le bois il est ; dans le terrier aussi notre petit maraudeur, car malgré ses efforts, il est bel et bien bloqué. Le voilà prisonnier.

Et son maître, que fait-il ?
Ce nest plus ses caresses, mais son aide quil veut.
Il na plus la force daboyer maintenant.
Juste un gémissement pitoyable à émettre et aussi à entendre.

Cependant, petite Tamatha, passant près du talus, fortement intriguée par la terre remuée, sapproche et peut percevoir les plaintes. Aussitôt, sen va donner lalerte.
-Notre Yoyo ! Il est là, coincé dans le terrier.

Tous accourent….
Le bras de Hiawatha tout juste y pénètre.
Cest tout ce quil peut faire malheureusement, mais, le père prévenu, muni dune solide pioche sattaque au talus élargissant le trou.
Allongeant ses deux bras, il saisit deux petites pattes et tire lentement, dégageant Yoyo.
Alors, je ne dis pas la joie des retrouvailles.
Mais désormais pour lui, cest fini la maraude.
Quand on ira chasser, cest en laisse quil sera.

A suivre….

Andrée LORITANO

shambala.fred dans Poésie.
- 340 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.