Hommage à Christian PRIGENT (poète)

J’en ai raz la Casquette
Ne cherchez pas la Devinette
Cela n’a ni queue ni tête
Hormis, que ma Quéquette
Qui se cherche continuellement
Querelle me prend partiellement
Tout mon temps, si tant tassée
Qu’elle est, dans cet espace confiné, concassé !
Quand le vice est près de moi un rien me presse
Et voilà qu’arrive Mistinguette : je stresse.
J’émoustille comme une brindille
Au vent d’une brise qui ventile,
Enfin le temps s’arrête,
Je remets ma casquette,
Sur ma tête de « con – mettable »
Et ma quéquette
A grand-mère derrière son paravent
Merci à vous Mister Christian PRIGENT.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 782 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.