HOMMAGE (texte en prose)

Enfance difficile en Afrique, Guerre d’Algérie, déracinement à 12 ans. Il était français.

C’était un homme d’une intelligence et d’une érudition rares. Il possédait la mémoire photographique. On lui lisait une ligne, choisie au hasard dans un livre, et il pouvait conter par cœur, la page entière.

Sa culture était vaste et remarquable et  malgré tout il restait toujours humble.

J’avais épousé un savant, un noble, un pharmacien.

Devant un tableau inconnu, il pouvait souligner d’où venait la toile, quel en était le grain, quels pigments élaboraient le dessin, de quoi avait été revêtu l’encadrement. Mais impossible de lui demander son ressenti sur l’œuvre picturale. Un silence ému tombait alors devant lui.

Il composait des poèmes dont la structure était parfaite et dont les rimes fusaient, clairement  comptées. Ses idées, même là, étaient scientifiques et mesurées.

Nous parlions du vendredi soir au dimanche : de Platon, de  l`art roman, des trous noirs, des étoiles, de la philosophie de la vie, des grandes plumes de France et d`ailleurs. Il était hors norme. Il se déplaçait de sa pharmacie, pour des personnes âgées, afin qu`elles prennent chez elles,  aux heures exactes, leurs médicaments. Il soignait gratuitement des pauvres ou des prostituées, en fin de droit.

Je fus sa femme pendant sept ans. Il habitait d’autres cantons suisses et moi à Genève. Nous étions ensemble le week-end et les vacances.

Petit à petit, le Casino lui fit perdre sa fortune, sa pharmacie et son équilibre. J’ai essayé de l’enlever de sa drogue, mais inlassablement, il calculait… il calculait pour gagner non de   l`argent mais mettre totalement en échec, cette énorme banque qui rend les gens fous : le Casino. Cet établissement était devenu son ennemi, et comme tout joueur, il allait le vaincre.

S`ìl avait mis à sec le Casino, sans doute aurait-il distribué cette nouvelle fortune à des misérables. Il vivait en roi de l`utopie.

J’ai essayé de l’enlever de cette drogue, de le faire interdire de jeux. Je l ai épousé deux fois et j ai divorcé la seconde fois, sans avocat.

Et puis.. j ai souhaité qu’il trouve une compagne jeune qui lui donne un enfant et que ce gosse soit tellement chargé d`amour que Rey puisse vaincre les griffes de sa passion maudite.

Vingt ans ont passé…

Hier la police m’a appelée pour me demander s’il avait des héritiers (pour effacer ses dettes).

Il est mort seul, dans un minable petit studio, très, trop en désordre...

Aucun livre dont il raffolait, aucun tableau, pas de TV, pas de tablette, pas de portable, le vide absolu.

Une fenêtre qui donnait sur le mur gris d’un vieil immeuble, un mur comme une frontière altière et mortifère. Pas un arbre… Même l’inspecteur était ému en me narrant cela.

Il ne sortait plus, il ne parlait plus depuis tant d’années…

Il a retrouvé les nuages hier et je me sens coupable de n avoir rien fait de plus.

Je lui rends hommage. Je ne l ai jamais oublié et il laisse un immense trou dans mon cœur.

Arrive-t-on toujours trop tard pour comprendre un être proche ?

Je crois que l’on ne divorce jamais de l’amour fou.

Avez-vous vécu de tels événements ?

 

 

 

 

 

ange dans Poésie.
- 1303 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé HOMMAGE (texte en prose)

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Noel Turo Message supprimé
Modifié le 27/09/2016 à 22:08 par Noel Turo
Noel Turo Je pense qu'il s'agit de souffrance face à l'absence; l'inacceptable, fait naître un sentiment de culpabilité, qui n'a pas lieu d'être, après maintes tentatives... Est-il possible de mettre en avant les bons moments, passés ensemble?...
Modifié le 27/09/2016 à 22:10 par Noel Turo
Duchesse Dans la vie il y a le bon côté et puis le mauvais. C'est vrai qu'on peut garder le bon et y penser souvent, mais lorsque le mauvais était vraiment mauvais, il vaut mieux l'enterrer au fond de son cœur et de sa mémoire. C'est ce que l'ai fait pour mon ex mari
DELAOUJESUIS ces regrets sont une impuissance d'amour, de cet amour qu'on aimerait avoir pu partager sans nous détruire.
le passé et son "amour fou" est une remise en question au pied de ces "nuages" noirs de deuil.
la vie nous questionne
mais elle nous rassure si elle se conjugue au futur et non dans cet espace de chagrins.
il faut l'apprendre
c'est long et j'en souffre
beau texte
merci
ange Merci à tous d avoir pris du temps pour parler à mes larmes. Elles se sont arrêtées. je suis de celles qui reçoivent des signes après chaque décès... On peut croire aux signes ou ne les prendre que comme un baume un peu salvateur. je me dis AVANCE et je souris. ANGE
Lucie Laval Un récit très émouvant... Quel courage Ange, d'avoir tenté de l'aider...

Je ne dis plus : je ferai

Poésie  978    5  

Ma caresse d'amour

Poésie  1108    13  

DITES-MOI, GENTE DAME

Poésie  1182    6  

toujours rien

Poésie  55    2  

JE PEUX

Poésie  868    7  

J`AI PEUR

Poésie  1422    16  

ETRE JEUNE /Général ...

Poésie  801    4  

Elles…. Les amours

Poésie  960    11  

MOZART

Poésie  964    6  

une rue

Poésie  1116    12  

OU SONT LES TOURTERELLES ...

Poésie  875    6  

PARDONNE-MOI OH VIE !

Poésie  800    6  

L'Amour pour apparat

Poésie  979    13  

Corsica…

Poésie  153    14  

Etroite Liaison

Inclassable  1039    8  

La Piste Pasolini

Critiques  1437    6  

A quand la pleine lune ?

Poésie  925    2  

La neige

Poésie  119    5  

Hom.ard à la mer

Poésie  1435    7  

Hommage à Grégory

Poésie  654    4  

Un crépuscule lumineux

Poésie  867  

Lion

Poésie  893  

Hommage à Camille

Inclassable  173    5  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.