Hymnes à tous les insurgés

I
Comme une tempête de feu
Nourrie sous le tir de l’ennemi
Comme un déluge de pieux
Et de mitrailles, tu pries


II
Des innocents attaqués et traqués
Des femmes et des enfants en pleurs
Combien doit-on encore enterrer
Pendant que d’autres se meurent

Folie exhalée, des innocents attaqués
Je les vois dans leurs halos étincelants
Et lentement mais surement
Monter et trouver leur vérité


Hymnes à tous les insurgés
Hymnes à tous les insoumis
Hymnes à la vérité éclairée


III
Pour une pluie poisseuse d’or
Pour une pluie poisseuse de pétrole
Tuer est devenu un devoir, dès lors
Qu’un imbécile prend le pouvoir avec une auréole



Folie exhalée, des innocents attaqués
Je les vois dans leurs halos étincelants
Et lentement mais surement
Monter et trouver leur vérité


Hymnes à tous les insurgés
Hymnes à tous les insoumis
Hymnes à la vérité éclairée
Entre Enfer et Paradis


IV
Laissez-moi-vous conter mes cauchemars
A chaque vision devant des écrans sombres
Les présentateurs vivent de nos ombres
Il pleut des bombes, il pleut et il se fait tard.


V
Enflammé nos cœurs de chiens, et les loups
Qui sommeillent en chacun de nous
Ouvrent la gueule béante pour mordre
Les corps qui se déchiquètent et se tordre


VI
Dans la douleur. Et la douleur est en nous,
Le ciel bientôt tourne en sonorité nocturne
Un égotiste se croit au dessus de nous
Il révoque sans foi, les lois et les urnes



Je pleurs des innocents traqués
Je les vois dans leurs halos étincelants
Et lentement mais surement
Monter et trouver leur vérité


Hymnes à tous les enfants nés
Hymnes à tous ceux qui
Croient à la vérité éclairée
Entre Enfer et Paradis


VII
Pour une pluie poisseuse d’or
Pour une pluie poisseuse de pétrole
Tuer est devenu un devoir, dès lors
Qu’un imbécile prend le pouvoir avec une auréole


VIII
Où étions-nous, en ce temps là, hélas ?
Pouvez-vous imaginer un monde
Transpercé par la lance de Longinus, si las
De ses errements millénaires dans cette ronde.


IX
Devrons-nous porter comme Atlas
Le poids de nos morts sur terre ?
Pour des puissants qui se terrent
Dans leurs blockhaus de palace



Je pleurs aux innocents traqués
Eux qui se meurent dans ces halos
Vibrants comme des jouvenceaux
Terminer leurs vies dans la vérité


Hymnes à tous les enfants nés
Hymnes à tous ceux qui
Croient à la vérité éclairée
Entre Enfer et Paradis

Hubert-Tadéo Félizé dans Poésie.
- 221 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.