Ich bin mutterseelenallein.

Me revient en mémoire cette rencontre improbable,
Où nous n’avions que la langue de Molière en commun.
Nous apaisions par ses mots, nos solitudes vulnérables.
En confiant nos états d’âme d’exilés sur parchemin.

Ainsi, évoquait-elle de son pays, les illuminés de Bavière
Puis en sanglots pensait à sa famille et aux neiges du Tyrol.
Et moi je chantais le sable chaud des dunes du désert,
Que les poètes berbères glorifiaient en paroles.

Pour quelques temps encore, nous restâmes sous l’ombre,
D’un amour qui ne pu combler nos nostalgies lointaines.
Quand j’évoquais mes souvenirs en nombres,
Elle soupirait : « Ich bin mutterseelenallein ».
                                                                                                      
                                                                                                    2013.
Ich bin mutterseelenallein dans cette poésie c'est le sentiment de solitude profonde.

Omar de Lyon dans Poésie.
- 61 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.