IL EST

5 heures levé du jour,
colle relevé,
perdus, confus
Je flâne dans les rues.
Ah ! ce vent et cette pluie
Qui me glace et m’envahie,
me transperce, m’éblouis
Mais je m’en fou.
Dans les flaques d’eau
miroir, je voie
ton sourire si beau
Et je fais attention
De ne pas marcher
sur tes baisers
encore chauds.
’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’
Pourquoi ce souvenir
Amère malédiction
Me reviens chaque matin
Quand il pleut ?
Pourquoi cette douleur
Indescriptible fléau
De ma tête et mon cœur
Me tue à petit feu ?

Je sais, je dois l’accepter
Si je pourrais
Ce stigmate, la femme
que j’aimais tant,
est la femme de mon ami
qui est en moi
comme un transplant.

J’ai trahi parce que
je l’aimais ardent.
Et chaque fois
quand je regarde
une flaque d’eau
sous la pluie,
Je demande pardon
A mon ami.

cornelius dans Poésie.
- 967 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.