Imagine

Un couloir très sombre
une porte qui s ’ouvre
une couleur pourpre
projetant des ombres
 
Des paroles à voix basse
Qui se propagent et s ’entassent
dans un silence tenace
d ’une nuit sans préface
 
Des pas traversent le corridor
des charnières grincent en retour
des gouttes de pluie  se faufilent à l ’intérieur
à la recherche d ’un  refuge protecteur
 
Imagine la scène
D’êtres sans veines
à la merci d ’une mer qui déchaîne
ses vagues de tourment et de haine
sur leur petit radeau sans aubaine
 
Que  ressens tu ? de la peine ?
pour ces âmes tourmentées
dont les pensées sont remontées
contre des mœurs fomentés
par des mensonges et tant de cruauté
 
L ’ idéal peut être serait
de ne point  ce soucier
du  présent ni de ses alliés
et garder sa dignité sans se plier
à cette vie maquillée
par mille et un comportement renié
 
Que les opportunistes se prélassent
dans leur mare de crasse
l ’avenir se lasse
vite des gens sans scrupule ni face

Momo dans Poésie.
- 1212 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.