Insolite...

                                                Le soleil s'apaise à l'horizon,
                                                La lune naissante, en pleine fleuraison,
                                                Infiltre en tout lieu, ses rayons indiscrets,
                                                Panachés à la lumière, du feu sacré...

                                                Harmonie des couleurs, du jour qui s'attarde,
                                                Dans la nuit opale, le bleu se hasarde,
                                                Dans le ciel étoilé, de diamants éternels,
                                                Les arbres se dessinent, d'un air solennel...

                                                Comment est la vie là-bas ? Plus loin que mes yeux,
                                                Au bout du monde, à la limite des cieux,
                                                Où l'astre de jour s'est enfui, couleur de sang,
                                                Où l'astre de nuit apparaît, resplendissant...

                                                 Un vent léger, caresse et joue sa berceuse,
                                                 La nature s'endort, calme et mélodieuse,
                                                 La nuit m'enveloppe, me prend et m'emporte,
                                                 Je sombre, je songe... Plus rien ne m'importe...

                                                 Gracieux, sur une branche, un oiseau est posé,
                                                 Il agite la tête, fin de pavoiser,
                                                 Chétif, il chante, récite ses poèmes,
                                                 La poésie, ne nourrit pas le bohème...

                                                 Nos regards se croisent, sans être effrayé,
                                                 Me dit : « bonjour monsieur ! »... Sur un ton appuyé,  
                                                 De me voir stupéfait, lui donne assurance :
                                                 « Oui je poétise ! »... Et me fait révérence...

                                                 « Sachez que l'Art, n'est point le propre de l'homme !
                                                 La nature en ce sens, n'est point économe ! »...
                                                 Puis s'envole grand Seigneur... Je reste muet,
                                                 A tire-d’aile, revient pour me saluer...

                                                 Où suis-je ? Dans quel Univers fantastique ?
                                                 A moins qu'il ne fût, féerique ou mystique ?
                                                 L'esprit vagabond, malgré moi je m'égare,
                                                 Je plonge, me noie, l'irréel m'accapare...

                                                  Ailleurs dans un arbre, un coucou fait son nid,
                                                 Je sais ! Me dit-il « Ma doctrine je renie !
                                                 Mais souvent, on me chasse sans cérémonie,
                                                 Ou bien l'endroit est joli, mais déjà garni » ...

                                                   Plus loin, une voix implorante,
                                                  Un escargot traîne, maison et mobilier,
                                                  « Faites donc attention, ou dois-je supplier ?
                                                  Il faut regarder, où vous posez vos souliers !...

                                                  Voyez bien que j'en bave ! ...Je déménage !...
                                                  Des lucioles m'éclairent, dans mon voyage ;
                                                  Le respect d'un être, sans pouvoir ni beauté,
                                                  Est noblesse d'esprit, splendeur d'humilité » ...

                                                  Là ! Une hirondelle, fait ses vocalises,
                                                  En tenue de soirée et blanche chemise,
                                                  Tandis qu'un rossignol, donne des cours de chants,
                                                  Aux corbeaux assidus...Résultats affligeants...

                                                  Une chouette ajuste ses lunettes :
                                                  « Voyez-vous mon cher ! Chacun sa silhouette,
                                                  Tout le monde ne peut, pousser la chansonnette,
                                                  Moi-même le jour, vole à l'aveuglette...

                                                  Devrais-je pour autant, chercher un professeur ?
                                                  Je ne puis de la nature, être le censeur !
                                                  Voyons-nous au soleil, filer les étoiles ?
                                                  Qui veulent la nuit, percer le sombre voile ? »...

                                                  Pieds dans l'eau, des saules pleurent au bord d'un étang,
                                                  Où la lune flotte et se mire en frémissant ;
                                                  Sur des nénuphars, des grenouilles en croisière,
                                                  Croassent, leurs compositions routinières...

                                                  Quelques canetons, défilent en silence,
                                                  Parmi les joncs, qui doucement se balancent,
                                                  L'air est paisible et chante sa romance,
                                                  La poésie flâne, puise sa semence...

                                                  Beauté de la vie, que nature expose,
                                                  Le poète en vers, avec elle compose,
                                                  Ou sur la toile, en douceur il la pose,
                                                  Il cueille le rêve, comme fleur éclose...

                                                  La lune m'effleure, un rayon sur ma main,
                                                  Comme une caresse, se pose cristallin :
                                                  « Depuis si longtemps, j'observe l'être humain !
                                                  L'animal défie l'univers, se croit malin !...

                                                  Les sommets d’Intelligence et de Grandeur,
                                                  Verront la chute, des Ambitieux sans pudeur ! »...
                                                  Je me sens si petit et ne fais point honneur,
                                                  Face à la lune, d'homme Ambassadeur...

                                                 Nuit messagère s'enfuit, moment religieux
                                                 A l'horizon soyeux, le soleil victorieux,
                                                 La rosée du matin, me fait ouvrir les yeux,
                                                 Je reviens de là-bas, du pays mystérieux...

                                                 De ce monde inconnu, à force d'oublier,
                                                 Où l'homme prédateur, croit être le premier ;
                                                 Où l'aube chaque jour, tourne le sablier,
                                                 Comme le vent, l'homme pense qu'il va régner...

                                                 Nos yeux retiennent-ils, ce qu'ils veulent bien voir ?
                                                 Croyons-nous ici-bas, détenir le savoir ?
                                                 Faut-il réapprendre, à donner pour recevoir ?
                                                 Sachant que la force, n'est point dans le pouvoir !...

                                                 Je suis de retour, dans notre réalité,
                                                 Perplexe, je continue à méditer,
                                                 Fier sur une branche, un oiseau semble trôner,
                                                 Nos regards se croisent, me dit : « bonne journée » ...                        

                                                Puis s'envole, s'enfuit avec les étoiles,
                                                Je reste seul, dans la brise matinale,
                                                De cette nuit, je retiens une morale,
                                                « A nous de voir, ce que nature dévoile » ...

Noel Turo dans Poésie.
- 469 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.