INUIT


Ouverture
Couverture réfrigérante
Sur le soixantième parallèle de lassitude nord
Les inuits s’ennuient le dimanche

Igloo igloo igloo 

Dans ta nuit d’inuit
Tu ne fais pas
Les trois-huit 
Tu attends le jour
Qui ne vient pas 

Dans ta nuit d’inuit
Le soleil qui 
Est en fuite 
Laisse ton cœur lourd
Tout riquiqui

Igloo igloo 

Aïe aïe aïe quel chambardement
Aïe aïe aïe quel chambardement 
Il n’y a plus d’igloo 
Il n’y a plus d’ours blanc
La neige fond tout à coup
Et c’est bien accablant

Entracte
Il est l’heure de sucer un esquimau
Phoque you dit-on dans les coulisses 

Dans ta nuit d’Inuit
Tu ne bois pas 
Ça t’irrite 
Tu as des lourdeurs 
À l’estomac 

Dans ta nuit d’inuit
Tu n’as pas pris 
Une cuite
Tu as bien trop peur 
D’être tout gris

Igloo igloo

Aïe aïe aïe quelle désolation
Aïe aïe aïe quelle désolation 
Il n’y a plus d’igloo 
Il n’y a plus d’ourson
Mais la neige tu t’en fous 
Et c’est bien attristant

Final... 
Il fait moins quarante degrés plantigrade
Les ours sont un peu givrés
Ils referment leurs canadiennes

musique    James WOOD
paroles    Bernard PICHARDIE

Bernard Pichardie dans Poésie.
- 412 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.