IRRAISONNABLE BEAUTÉ

Sans sens, à quoi ressemble l’éloquence ?
Un sensé discours par les phonèmes
Placé çà et là pour une résonnance sans raison
Consonance des dix sons de ce vers
Confirmant la rationalité banalisée
Dans la recherche poussée, osée du beau.

Or le beau, dans cet insensé domaine
N’est riche qu’après accord d’une harmonie
Entre lui et celle qui la justifie.
La raison du beau est irraison pour la raison
Le beau à une peau en lambeau,
Qu’elle impose à la raison sous hypnose
Afin qu’elle parjure sous ses obsessions
Par affirmation d’une conscience passionnelle,
Infirmant le pourquoi de la science : 
« Frankenstein est une merveille »

Sans intelligence ni élégance,
Mais sortant du génie créatif,
De la monstruosité résidant 
Dans la bestialité de l’humanité
Désirant l’indésirable divinité ;
Qui pour elle sera calamité
Et fatalité tant l’impulsif prédomine,
Tant le créatif natif meurt dans l’excessif.
Car cet indésirable ne peut être vanité
Puisque divinité, mais pour nous
Avidité, car Dieu, nous ne le sommes pas.


Je voulu en faire du "michelangelesque" (rire)
Je pose les pièces du puzzle (je dis pour dire avec une brève raison)
Je veux parler de la BEAUTÉ et de la RAISON dans la CRÉATION

ARTISTE DE L'ART dans Poésie.
- 349 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.