J'ai Rêvé Que Je Pensais

Je parcours pendant des heures 
Mes pensées qui me trottent sans cesse 
Je parle de la vie à mon cœur 
Dans cette terre sans politesse

Parler au soir 
Soir qui m'écoute sans aucun pleur
Toi qui commence à tout savoir 
Moi à ta place j'aurai peur

La nuit se traîne sans jamais se finir 
hélas moi j'attends Le repos 
Je le vois partir loin et courir 
je lui en veux de jouer au salaud

Je sens des couteaux me traverser l'estomac 
Le sang coule je ne peux bouger 
Des douleurs arrivent ici bas 
Me voila cauchemar présenté

dans le noir je suais 
vers quatre heures au réveil couleur foncée
Mes paupières faibles ont dû fatiguer
Je me réveille , merde je rêvais que je pensais

Franck Smallt dans Poésie.
- 694 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.