J'ai trop besoin de toi

J’ai trop besoin de toi pour des fugues majeures.
La nuit laide charrie un amas de poisons.
Nous avons tant souffert que là nous nous taisons,
Avec dans le regard l’écho des mêmes leurres.

Mais non, il ne faut pas, ma Luce, que tu pleures.
C’est déjà beau de vivre au goût de nos saisons.
Nous sommes l’un et l’autre affamés d’horizons
Où le nectar limpide ensorcelle les heures.

L’aube est venue et ce long feu sur le canal
Boit délicatement un sourire automnal.
Les vents se tiennent prêts ; la berge a les mains pures.

Alors nous voguerons, tout soyeux de clarté,
Ô ma Luce, que j’aime à bénir mes blessures !
Ô toi qui fus toujours mon pain ressuscité !

Thierry Cabot (La Blessure des Mots)
http://www.accents-poetiques-editions.com/produit/la-blessure-des-mots/

Thierry CABOT dans Poésie.
- 44 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.