JAMAIS

JAMAIS
 
   D’aussi loin qu’il m’en souvienne
Jamais je n’avais contracté la haine
                                              Ni même envisager                                                 
 Un jour la possibilité
D’intégrer la milice politique
Du parti Futuriste.
 
D’aussi loin qu’il m’en souvienne,
Plus en arrière encore,
Jamais je n’aurais pu penser
A devoir intenter
A la vie de nos terroristes zélés
Si prompt à servir la cause
Et à collaborer
                                                       A l’édification                                                            
 De nos sécuritaires cités.
 
D’aussi loin qu’il m’en souvienne,
Plus éloigné encore,
Jamais je n’aurais pu,
Même sous la contrainte,
Dénoncer les étreintes
Des mouvements adultères,
Des quidams réfractaires
Aux méthodes policées
Du nouvel ordre aseptisé.
 
D’aussi loin qu’il m’en souvienne,
En deçà de ma mémoire atrophiée,
Jamais je n’aurais pu m’agenouiller
Devant l’empire numérisé,
Le régisseur mathématique
                                          De nos vies mécaniques                                           
                         Au service de la forme lisse                         
Caractérisant maintenant
                                                                                            L’avènement                                                             
                                                                                 D’un monde sans absolution.
 
D’aussi loin qu’il m’en souvienne,
Au delà de mes pires cauchemars,
Jamais je n’aurais pu penser
Passer du rêve
A cette réalité.

Gaspard Collal dans Poésie.
- 124 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.