Je danse avec ou sans toi que je ne connais pas

Je suis la chorégraphe d'un pas de deux que je ne maîtrise pas, une valse tourbillonnante, affolante qui fait tourner ma tête aussi vite qu'elle se stop nette. Je danse avec ou sans joie, je guide mes pas avec ou sans toi.

Pourtant...

Sans toi, je donnerai mes yeux pour pouvoir te voir un centième de seconde, je me rendrai sourde aux autres si je ne peux entendre ta voix, t'écouter, captiver de toi, par toi, pendant des heures au son de tes cordes.
Sans toi, peu importe la saveur, la qualité des aliments mis à ma bouche, aucun n'aura le goût de l'inconnu que je trouve à tes lèvres, pêché de gourmandise avec faim, sans fin.
Sans toi, je me rendrai muette, mes mots sonnent faux quand ils ne te sont pas destinés, ils sont fades, sans âmes, sans histoires à raconter.

Qu'on me coupe les mains alors, à quoi bon si je ne peux te caresser, te toucher, ta peau en contacte si parfait de la mienne.

En résumé...

Sans toi je me priverai de tout ce qui est beau et bon, je me laisserai mourir si je ne peux te respirer une fois...

Contrairement...

Avec toi, l'eau de mon corps sera remplacé par tes paroles, je les bois sans soif, limpides comme la plus pure des eaux de pluie, parle moi, raconte moi, mon etre fait éponge, ne t'inquiètes pas je ne me saoule que d'alcool pas de tes paroles.
Avec toi, j'inspire, j'expire, l'air ambiant autour de moi est étouffant, ta seule présence suffirait à me redonner le souffle nécessaire pour t'accueillir comme il se doit.
Avec toi, je me réveillerai de mon trop long sommeil quand enfin tu viendras éveiller mes sens engourdis par la vie, tu écouteras mon coeur si serein, ton oreille sur ma poitrine... Chut!
Avec toi, je serai ton essentiel comme tu seras mon essentiel, je retiendrai l'essence de nos odeurs mélangés, parfum en tête, entêté si réel, je serai à l'écoute de nos sens, alerte du moindre mouvement, du moindre battement de nos coeurs ivres et fougueux, pour un finish en éclat d'artifice en rien d'artificiel...

Mais pour l'instant ni avec toi, ni sans toi...

Mon manque de toi est réel, ce n'est pas un sentiment anodin sorti de mon imagination débordante, c'est un sentiment bien présent qui fait mal mais qui me fait dire putain je suis vivante. je souffre de toi que je ne connais pas, je pensais pas qu'un jour j'apprécierai la souffrance de mon coeur solitaire en défaillance.

Pour finir...

Alors en mon amour, en ma croyance, pour ce nous que je désire, je peaufine les gestes, les pas, je compte les huit, je revisiterai le quart d'heure Américain de mon adolescence pour t'inviter à la danse, by flymenco compagnie des airs que je fredonne en boucle depuis le temps que je te rêve sur mon nuage en forme de point d'interrogation...

Naromi dans Poésie.
- 619 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.