Je frappe à votre porte

En ce  jour de l'an,passant devant votre habitat,
Une odeur est venue chatouiller mon odorat.
L’encens de la senteur d’un délicieux plat,
M’attire vers votre demeure comme un appât.

L’odeur du mets me met dans un branlebas,
Me convient bien, je le trouve très adéquat.
Bon pour la diète, il est dépourvu de gras,
Vous êtes seule à savoir le mijoter comme ça.

Sentant un horrible creux à mon estomac,
Je viens frapper à votre porte pour assistanat.
Madame ne me prenez pas pour un malfrat,
Je viens demander hospitalité, je suis à plat.

Une faim de loup me ronge à me mettre bas,
J’implore votre gentillesse de me nourrir du plat.
Envers votre hospitalité je ne saurai être ingrat.
Dites-moi si je rentre ou je retourne sur mes pas?

Visiteur dans Poésie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.