je mastique (texte)

Je m’arroge le droit de m’astiquer sans m’émoustiller
Je mastique l’élastique en longueur sempiternelle
Je m’élague le bout de cerveau qui ne pense pas comme tout le monde.
J’ingurgite toutes sortes de médocs pour corriger ce manque de droiture cérébrale
Bouillie cérébrale, ma vie mentale me fait mal à la main et aux doigts crispés de ne pouvoir écrire et s’écrier.
Mal de crâne, vive l’appétit et l’apathie c’est la fin illusoire d’une guérison facile.
Souffrance cervicale, il faut que je m’efface devant ce visage dans la glace : reflet malfaisant de ce que je ne saurais être.
Promenade solitaire dans mon esprit un tantinet maladif, la réalité m’échappe et je m’enfuis d’elle ; où tout cela me mènera-t-il ? Vers des chemins qui ne mènent nulle part ?
Roman apocryphe encore écrit à la hâte je ne suis qu’un escogriffe, un escroc à soi –même comme un autre- mais ça je l’ai déjà dit.
Promenade vagabonde en mon sein ; j’y trouve le néant c’est déjà mieux que rien ;
Ovaire ! vive l’intelligence d’uriner debout….

Fabien Rogier dans Poésie.
- 205 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.