Je me souviens d'un temps ...

Je me souviens d'une époque où le temps prenait son temps, nous laissant le temps d'être attentif aux autres, un temps qui nous permettait de rêver et d'espérer.

Je me souviens d'images de mon enfance, perdues dans les brumes du temps, mais pourtant encore si présentes. 

Je me souviens du château de mon grand-père De guînes, de ses bruits, de ses tableaux, de ses chevaux, ses chiens, de ses odeurs familières, de ma chambre d'un week-end ou perdu sous les toits,  je pouvais voir depuis l'oeil de boeuf, ma grand-mère tailler ses rosiers et nourrir les cygnes.

Le temps passe si vite quand les souvenirs resurgissent, tels de sympathiques fantômes, d'une époque devenue de simples hologrammes dans la mémoire survivante.

Je me souviens d'un temps béni, où le respect et l'interdit donnaient un certain charme à nos désobéissances et nos bêtises.

Je me souviens d'une radio pirate en mer du nord, qui diffusait les derniers tubes de ces années pleines de lumières  et d'innocence, je crois bien que cette radio devait s'appeler " radio Caroline ".

Je me souviens de nos booms, des premières boîtes de nuit, la renardière, l'avion, le whisky club, le yam's, la bergerie, la licorne, des copains de lycées, des filles que l'on embrasaient dans les cafés, de mes premières motos, de ma deudeuche rouge...

Comme il est bon, les jours de déprime de se raccrocher à nos chers souvenirs, comme à un fils d'Ariane pour continuer l'aventure, même si elle semble moins excitante.  Le passé construit-il l'avenir ?

A chaque Noël, se rappelle à moi mon âme d'enfance, devant les beaux cadeaux enrubannés au pied du 
sapin étincelant de lumières multicolores, de ces chants dans la nuit magique, dans la douce chaleur du cocon familial.

Oui, je me souviens, sans tomber dans la nostalgie, même si dans la morosité de ce siècle de dévolution, l'on y serait enclin.

Les souvenirs ne sont-ils pas des promesses d'éternité ?


" Cet âge qui n'appartient encore qu'au plus jeune printemps....., que nos poètes gaulois appelaient l'avrillée ".    Chateaubriand.


Marc de st Point.

Marc de St Point dans Poésie.
- 475 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.