Je ne suis qu'un promeneur (corrigé)

JE NE SUIS QUUN PROMENEUR


Je zigzague parmi les fleurs sauvages
Je patiente en fonçant dans les mirages
Jai lair ébahi comme un explorateur
Je ne suis quun promeneur.


Jintercepte les chroniques des passants,
Leurs bouts de rêves accrochés nimporte comment
Quils traînent entre le désarroi et la cupidité
En simaginant être un autre pour sesquiver.


Je vais de boulevard en brouillard
De dédale en cavale,
De mutisme en cynisme.


En marchant rien ne mopprime
Tout deviens libre et infime
Mon esprit nest plus altier
Sur les trottoirs, les sentiers.


Si je continue les périples abandonnés
Cest pour seulement me balader
Je suis un randonneur aguerri
Au grand jamais endolori.


Je ne suis quun promeneur
Je marche pendant de longues heures
Jaime à entraîner toutes les dérives
Je ne suis quun promeneur frêle et candide.

freddow dans Poésie.
- 1156 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.