JE PEUX

Je peux pardonner,  mais pas le jour même,

Il me faut du temps pour courber ma haine.

Paraître bon enfant, n’est pas un problème,

Mais est-ce, vraiment, l’amour que je sème ?

 

Je peux décemment approuver mon sort,

Laisser l’ouragan torturer mon corps,

Sourire posément,  jouer au plus fort,

Mais seul, subitement,  j’ai peur de la mort.

 

Je peux, sans blanchir, mentir pour paraître,

Inventer le pire, passer pour un traître,

Juste pour en rire, afin de connaître,

Qui, devant mes dires, deviendra le maître.

 

Je peux sans blesser, me recroqueviller,

Rester allongé, toujours  isolé.

Sortir mes péchés et puis les juger,

Et imaginer  tous les décimer.

 

Je peux par la suite, vouloir rectifier

Mes mots en granit, mes mots estropiés,

Devenir très vite, un parfait allié

Tuer le mérite de mes crocs  salés.

 

Un jour comme un loup, lendemain grillon,

Les lèvres en grisou ou en papillon,

Suis-je le joujou de mes aversions,

Ou  l’petit bijou qui cherche l’éclosion ?

ange dans Poésie.
- 637 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.