JE T’INVENTE (poésie libre)

  (poésie libre)

 

Je t’invente au seuil de l’orage,

Quand mes yeux affamés de lumière,

Dévorent les éclairs pour mieux te dessiner.

 

Je t’invente dans mon oreille,

Comme le chant des sables, le glissement des dunes,

Le crissement d’une feuille d’automne,

Sous l’innocence d’un pied d’enfant.

 

Je t’invente en cachette des dieux,

Pour que je rêve de toi, intacte et sans mesure,

La bouche vierge de prières et d’encens.

 

Je t’invente, le cœur ailleurs,

Pour que tu me reherches, de voyage en voyage,

De mirage en mirage.

 

Je t’invente, derrière des barricades,

Des frontières rouges,

Les mains tremblantes, sous la lumière venimeuse de la lucidité.

 

Je t’invente, comme des milliers d’herbes folles,

Qui danseraient sur mon corps

La valse aux mille frissons…

 

Je t’invente et tu as peur de naître,

De n’être que quelques mots sur un papier glacé

Que des gens amusés se plairont à connaître…

Je t’invente et déjà, tu m’échappes… tu m échappes…. Tu m’é…
méchant !

 

 

 

 

 

ange dans Poésie.
- 497 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.