Jean-Philippe Smet

Entre ombre et lumière, entre paillettes et larmes, entre amour et drogues, entre partage et solitude, il était, 
Johnny, inimitable, ses textes ne prenaient de la hauteur, qu'avec lui, mi homme, mi dieu sous les projecteurs, les stades étaient devenus trop étroits, trop fermés, de la hauteur, de l'amour, chantait l'artiste, lui si décrié à ses débuts " ce fou furieux ", le rock s'importait en France, le rêve américain, carl perkins, Elvis, gene vincent, buddy holly, l'ont fait rêver, et que pouvait-il rêver ce garçon de 17 ans, quand on part de rien, sans père et oublié d'une mère, plus préoccupée de sa carrière de mannequin que d'amour à donner à son fils. Mais l'amour il l'a trouvé avec son public, des conseils, avec le grand Aznavour. La fièvre de vivre à la manière de james Dean, motos, voitures de sport, comblaient en parti, sa grande solitude, sa timidité. Arrivait fatigué, soucieux, silencieux, à deux minutes de passes sur scène, il faisait peur, et pourtant comme à chaque fois, une transfiguration, l'homme de l'ombre, devenait lumière, énergie pure et énergisante, de la sueur et encore de la sueur, du son, porté à son paroxysme par un public attaché à son idole, il donnait tout , par amour de son cher public, courage, force, malgré la maladie " !*%?" disait il à la maladie, mais les métastases avaient fait leurs sales besognes de sape.

L'espoir et la rage de vivre le tenait debout, et il chantait toujours l'envie d'avoir envie "de vivre", près de son épouse aimante et attentionnée, de ses enfants, ses amis, ses potes et son frère de toujours Eddy.

Il est parti, dans le courage, entouré des siens, de l'amour des français, et qu'on l'aime ou pas, il ne peut laisser indifférent, car il était un véritable artiste, peu connu au USA, mais pouvait-il avoir deux Elvis, comme il ne pouvait y avoir deux Johnny en France.

Nous n'avons pas pu retenir la nuit pour toi, Johnny, mais je suis sur que tu as trouvé un stade plus grand que celui du parc des princes, le grand ciel et ses milliards d'étoiles, afin d'enchanter les anges.


Marc de st Point

Marc de St Point dans Poésie.
- 58 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.