Juste trop de fierté

Il ne reste rien, la baguette est mangée
Trop fier pour aller au restaurant du cœur
Cette faim qui le mine et le plie de douleurs  
L’empêche de dormir  sur la terre glacée

Il ne demande rien, n’ayant rien à donner
Il attend simplement que le diable l’invite
Pour partager son vin à défaut d’eau bénite
Les flammes de l’enfer pourront le réchauffer  

Il peut être mon fils, ou l’ombre d’un voisin      
Seul et abandonné, un déchet, une loque
Qu’on évite en passant tant son odeur nous choque
Il fait si froid ce soir qu’il sera mort demain

chavigner dans Poésie.
- 668 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.