la bave des crapauds natteint pas les étoiles

La bave des crapauds natteint pas les étoiles

(¯`•♥•´¯)(¯`•♥•´¯)
Maman Irmgard bien aimée
Ma douce sœur Yvonne bien aimée
(¯`•♥•´¯)(¯`•♥•´¯)
Mes chères poétesses à mon cœur
Chères et adorables amies
(¯`•♥•´¯)(¯`•♥•´¯)
Mes chers poètes à mon cœur Chers et adorables amis
(¯`•♥•´¯)(¯`•♥•´¯)
Je vous suis reconnaissante de vos requêtes
À mon sujet du cœur, pour que je reste
(¯`•♥•´¯)(¯`•♥•´¯)
Après des constances d'enfer!
Des journées durs et noires
Des nuitées durs et blanche
Ici mon cœur, ne flanche!
(¯`•♥•´¯)(¯`•♥•´¯)
Pensant à vous, je me bats la triste
Et, auprès de vous je reste
Pour partager
Et aimer
Adéla+ (¯`•♥•´¯)


Voici un Poème :
Je vais...Vous ... Le dire
En luttant à trouver ces point blancs en lueurs
Au septième sous-sol de la terre
Esprit lucide, charbon âme et, le corps en ardeur

Lespoir mêlé à l'affliction
Le cumule me brûlant sans aucune aspirations
Il fallait Sur vivre à un tel crash
Rien ! Même pas coule à gorge en relâche
Sautant telle une volée révoltant contre la boue rouge le tout fait martyre en un cou d'hache sec où rien ne bouge

Recherche du réveil profond sans relâche
Je tiens à la vie et à lamour sans relâche
Une survivante depuis ce volcan!
En pleins chantier en irruption!...
De sa lave embaumé sans mourir
De sa même boue javaler sans me nourrir
Dans ce-même lit volcan, sans amour, sans s'endormir

Celui qui ne se réveille que chaque cent ans
État, en effervescence rouge, collapsée même pas criant
Luttant pour s'y sauver du noir obscurcit son âme
Sous sa lave me trouvai-je écumant de sa coulée en flammes!

Luttant! Luttant! Encore
À fin de sauver son Corps!
Ne sachant Où on aurait eut tord
Protégée par ce fidèle et adoré dôme divin,
Je m'en sorts tel un mort en pas très saint
Aire se réintroduit en mes poumons collapsée
Toute lutte fut en vain, my suis laissé!


Quoique, courant en versant
Les larmes brûlantes sur mes joues creusant
Au même temps se lavant de cette horrible boue en quête de sorti blanches à travers la lave du volcan
Voyant cette lueurs du jour naissant beau
Ouvrant les yeux en veille
Voient la beauté du soleil
Laire nouveau me caresse
Envoûtée par ce champ de narcisse….
Où tous mes amours en couleurs
Narcisse soleil mattend avec cœur
Rouge En main, que je reçois en damour
Merci de tout mon cœur+++

Yama.
10/6/13

Texte #protégé#

yedri2012 dans Poésie.
- 1096 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.