La boutique bleue

Je ne peux pas oublier les jeux de mon enfance,
Tous ces objets inventés, incroyables et merveilleux,
Ce temps passé à décorer notre boutique bleue.
Mon frère et moi vivions dans la magie et l’innocence.

Nous nous y rendions sans jamais nous lasser
Pour commencer, Jacquot avalait son bol d’arc-en-ciel,
Je commandais un grand verre de nuage pressé.
En dessert, une tarte à la lune ou bien un jus de rayon de soleil.

Il y avait en magasin, des sucettes tempêtes,
Des vélos volants, des billes à musique
On n’y trouvait tout plein d’objets rigolos et chouettes.
Comme des moustaches rampantes et des lunettes magiques.

Je me souviens des pétards à neige et des sifflets fous-rire,
Mon frère avait son chapeau crapaud,
Et moi je portais ma cape oiseau.
Quel bonheur d’évoquer ces souvenirs.

Maintenant, dans le parc de la maison de retraite
Je repense à notre boutique bleue et à ces jours de fête.
Aujourd’hui mon Jacquot vient me rendre visite !
Le voilà au loin qui s’agite !

Il porte son chapeau crapaud, l’imbécile !
Le sourire en coin, il me tend un grand verre de nuage pressé.
– « Viens frérot », me dit-il, » « on n’a pas fini de s’amuser. »
Alors j’ai endossé ma cape oiseau, et j’ai enfin quitté ce fauteuil inutile.

carpenter dans Poésie.
- 270 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.