la camisole

La came isole !!!

je suis dérangé : mon bide crie et se tord en deux, en trois  ou en quatre!!! La came m'isole !Rien à faire il n'y a plus de gazole ! J'suis addict à l'alcool, au pétrole de mon eau parfumée d'héro et de coke. J'en passe et des meilleurs : la bleue magique style par exemple. Polytoxicomanie, le dandy écrit VIAN poète damné pour des strophes en tropes en trop ... son esprit galope, j'écris comme je chie hurle ARTAUD !!!

Le style, cela m'a permis d'écrire avec style, sans démesure, mais avec mesure et au fur et à mesure de mes doses. Les mots s'enchévêtrent, les uns aux autres et s'effilochent mon âme et ma raison/ stop / mon coeur est mon stylo, ma plume prend le pas sur la feuille blanche, sous oublier aucune ligne... à sniffer !!! Je dégurgite, je régurgite et je cogite... mon sexe en guise de plume, je vous biffle le visage, et je vous baffe avec mes maux... les mots qui jadis, fleurissent dans mon esprit, s'embarquent, mais je reste à quai.

Alors à quoi bon trouver un gïte à ma raison qui déraisonne et qui m'arraisonne. C'est bon et c'est beau cela sonne comme un sonnet mal alambiqué. Je suis un pauves hère, qui comme naguère cherche ici bas à écrire des mots, qui liés les uns aux autres, déclinent et dénotent une signification sémantique ouverte sur des mondes possibles. Je fais des mondes. Je créé des mondes. Faces aux immondices d'une humanité immondes et qui joue de sa faconde ... c'est la gymnastique du poète qui fabrique des mondes ! A vous d'en disposer ! Moi mon shoot m'oblige à me reposer ! Morphée !  Ma morphine base s'embrase dans mes canaux nazillards ! N'est-ce pas comme un coup de canon héroïque?

Le style ça a du bon .... ça vous permet d'être reconnu et identifié, la patte de l'auteur... mon cul !!! c'est le  critique et le lecteur qui le determinent dans une gnoséologie apathique et tellurique. Le style c'est le lyrisme incarné, une musicalité flirtant avec la métaphyque voire s'y confondant. C'est la mathématique du coeur ! C'est la tangente de note âme discursive. Comme le réel que l'on cherche à décrire au mieux, au plus près de son essence s'il y a lieu.  Pas et plus de pétrole !!! plus d'alcool... les fleur du mal, fleurissent et germe une pestilence celle du mâle .... nous les mâles fêtards et les malfaiteurs rôdant la nuit dans les bars les estaminets malfamés. Affamés dis je ! Plutôt assoiffé...

Je suis addict à l'alcool: alors je vais à ma pompe à pétrole, m'abreuver de ce nectar !!! "ce nec plus ultra n'est pas une tare"! Et ce n'es tpas un mec taré, mais un homme alcoolique et bucolique. Bacchus et ses fêtes du vins ...; "in vino veritas  "....


FIN


FABIEN ROGIER le 11/03/2017

Fabien Rogier dans Poésie.
- 794 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.