La Dame patronnesse.

Elle les voit aujourd’hui accostant la voiture.
Réclamant fièrement, en guenilles, leurs oboles.
Cachée derrière la vitre, les yeux rivés au sol,
Elle demande au chauffeur d’accélérer l’allure.

De mon temps, observait ma patronne l’autre jour,
Nous allions chez nos pauvres offrir un peu d’argent.
La part du bon Dieu valait bien celle de ces gens
Qui nous rendaient en mille mercis notre bon secours.

Le monde a bien changé ! Ce n’est pas de notre faute,
Si nous sommes bien pourvu grâce à la providence.
Soyez donc charitable face à leur outrecuidance.
Ils se croient tout permis parce qu’ils vivotent.

Ainsi parlait-elle de ces étranges manants.
Oubliant par la même qu’une main secourable,
Changea le sort de ses aïeux bien misérables.
Mais qui, même au sommet, n'ont jamais perdu leur nom.

Omar de Lyon dans Poésie.
- 56 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.