LA, DO

LA, DO


Sortir de l’enfance,
Grandir, te construire.
A chaque jour,
Pour toi,
S’ouvre une page nouvelle.

La vie est capricieuse,
La vie te joue des tours.
Tu te sens incompris,
Tu es en rébellion.
Insolent à outrance,
Tu rêves d’évasion.

ANTI CE QUI TE GENE :
Tu abroges les lois
Et sans aucun décret
Appliques les tiennes.

Un langage  familier,
Qui peut être soutenu.
Pâtissier innovant
Tu démoules des cakes,
Plus exactement,
Tu vas à la selle.

Volcan en éruption,
Tu te dis « chaud de braise ».
Ton corps se transforme,
Tes hormones débordent.
Véritable tornade,
Tu bouscules, tu renverses.

Au gré de tes humeurs,
Tu pousses des cris
Pour imiter le singe ou
Encore le cochon.
Sur ce point là,
C’est assez réussi.


Tu poses des questions,
Y apporte les réponses.
Qu’est ce qu’on mange ce soir ?
Des pâtes, c’est trop bon.
Tu es déjà parti.
Véritable vaudeville.
La porte de ta chambre
Vient encore de claquer

Tu dissertes Bérénice :
Tu t’y perds quelque peu
Que sais tu à 15 ans
Des amours tourmentés ?
Tu es le blé en herbe,
« Titus, Antiochus »
Te prennent vraiment la tête
Mais tu vas t’y pencher.

Ta passion c’est le skate
Et là tu te retrouves,
Toujours aller plus loin,
Toujours te dépasser.

Tu écoutes la musique
« Le son, il est bête de bien, lourd »
Me l’a fait partager
Différente de la mienne
J’essaie de l’apprécier.

Ne vois dans cet écrit
Aucune méchanceté,
Juste une caricature,
Avec un peu d’humour.
Je reprends tes termes
« T’inquiète, je rigole, Lol »

ET SURTOUT N’OUBLIE PAS
ON T’AIME. « ON EST LA »

coralie dans Poésie.
- 45 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.