La fête foraine

Le grand jour est arrivé, elle est revenue.
Elle s'est posée juste au bout de ta rue.
Ses guirlandes, ses odeurs et ses bruits
dérangeront la quiétude de tes nuits.
Mais qu'importe, le goût des calissons,
de la barbe à papa, des sucettes tourbillons,
raviront ce qui reste de ton âme d'enfant.
Cela t'obligera à sourire et à regarder les gens.
Tu les verras, rouler, crier, se tamponner,
dans ses petites auto biplace et si colorée.
Regardes les peluches et si tu en as envies,
tentes ta chance chez nénette à la loterie.
La foule avance, les enfants courent et se pressent.
Dans ses allées les gens se touchent et se caressent.
Cela faisait un an que tu l'attendais impatiente et sereine,
celle que tu nommes bien gentiment, « la fête foraine ».

Chris.Mady dans Poésie.
- 820 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.