La Feuille de chêne…

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           
                                                        Sous un couvert boisé,
                                                        Où l’aube qui scintille,
                                                        Fait des chassés croisés ;
                                                        Où la lune vacille,
                                                        Effaçant ses rayons,
                                                        « Feuille de chêne » est née !...
                                                       
                                                        Parmi les oisillons,
                                                        Et les fleurs de genêts,
                                                        Cachée sous l’aubier,
                                                        En ce royaume arboré,
                                                        Teinté de vert printanier,
                                                        Elle découvre sa forêt…

                                                        Gracile en son éveil,
                                                        Et baigné de rosée,
                                                        De terre vers le ciel,
                                                        De sa sève érigée,
                                                        Sa croissance est un rêve,
                                                        Et tout parait si beau…
                                                       
                                                        Digne feuille de chêne,
                                                        Dominant les arbrisseaux,
                                                        Son père est grand et roi,
                                                        Pense un jour être reine,
                                                        Éternelle de surcroît,
                                                        Sur sa branche sereine…
                                                       
                                                        La saison s’égrène,
                                                        La fraîcheur matinale,
                                                        Désormais se réfrène,
                                                        La chaleur estivale,
                                                        Consume l’ambition ;
                                                        Moribonde verdeur…
                                                       
                                                        Tristes désillusions !
                                                        Où s’exprime sans pudeur,
                                                        L’artiste d’automne ;
                                                        Du découvert boisé,
                                                        L’oraison il entonne ;
                                                        Où l’aube grise est blasée…

                                                        Poésie automnale,
                                                        En ce nouveau décor,
                                                        Prélude hivernal,
                                                        Tapissé rouille et or ;
                                                        Le conifère insolent,
                                                        Rebelle, persiste en vert…                                       
                                                       
                                                        L’oisillon indolent,
                                                        Abandonne au vent d’hiver,
                                                        Le nid, qui l’a vu naître ;
                                                        Migrateur, il prétend,
                                                        Se poser peut-être,
                                                        Dans un autre printemps…

                                                        Noble et fier, le chêne,
                                                        Laisse tomber ses feuilles ;
                                                        La pluie calme, s’enchaîne,
                                                        Et la forêt s’endeuille ;
                                                        L’arbre, ainsi dévêtu,
                                                        De ses bras prie le ciel…

                                                        Le ballet se perpétue,
                                                        Gracieux, révérenciels ;
                                                        Elles chutent en tournoyant,
                                                        Dans une valse lente,
                                                        S’abandonnent, au sol mendiant,
                                                        Sous la lune insouciante…

                                                       Point de reine éternelle,
                                                       Sur le sol, dorénavant ;
                                                       Prétentions personnelles,
                                                       En fumée, s’envole au vent ;
                                                       Les racines, elle nourrira,
                                                       Des petits arbrisseaux,
                                                       Qui étaient tout en bas,
                                                       Qu’elle supposait ses vassaux…

Noel Turo dans Poésie.
- 539 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.