La Fontaine

Des coteaux champenois

Aux tavernes parisiennes,

De Vaux-le-Vicomte au salon de la rue Neuve-des-Petits-Champs,

Le maître des eaux et forêts de Château-Thierry,

Vécut en épicurien bonhomme,

L'esprit aux aguets, l'oeil pétillant.

Suivre ses traces, entendre l'écho de son oeuvre,

Au fil des siècles et des livres,

C'est entrer au royaume d'un styliste virevoltant,

D'un génie de l'à-propos,

D'un moraliste en robe des champs.


La Fontaine transmit l'héritage des fabulistes,

En y insufflant la vibration de la vie.

Gustave Doré illustra, deux siècles plus tard,

Ce monde fantastique en révélant,

Loin des caricatures enfantines, 

L'essence et la sagesse, souvent poignantes.


" Cependant jusqu'ici d'un langage nouveau, j'ai fait parler le loup et répondre l'Agneau.
J'ai passé plus avant; les arbres et les plantes sont devenus chez moi créatures parlantes"
( Contre ceux qui ont le goût difficile. Fables, II, 1.)

La Fontaine, l'ami à retrouver......

Marc de St Point dans Poésie.
- 63 lectures - mention j'aime


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.