La gitane qui danse

Landalouse chanson qui caresse ses hanches
Anime prestement la robe et ses volants,
Senroule sur un sein et agite les manches,
De la joie apportant aux anneaux rutilants.

Au son de linstrument les pieds ont des cadences
Et les ongles carmins semblent des fleurs damour.
Le regard de velours a des impertinences
Où sinvite le feu jusquau lever du jour.

Les hommes subjugués, des flammes dans les reins,
Ont au fond de leurs yeux des lueurs impudentes,
Leurs mains ont débordé de leurs manteaux sereins
Pour accrocher le ciel en visions ardentes.

Transcendés et fiévreux, leurs rêves sont acquis,
Elle verse lamour en coupe despérance,
A sa bouche, le vin, leur semblera exquis.
Le vent sur les chemins achève son errance.

lalavandiere dans Poésie.
- 822 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.