la gloire de marcel

la haut dans la montagne non pas très loin d'Aubagne
je n'étais qu'un enfant quand dans le GARLABAN.
nous étions en  vacances dans ma belle Provence.
je m'y suis promené parmi tant de beauté.
marchant dans la lavande souvent j'ai pu entendre.
la cigale chanter le soir en plein été.
portant sur mes épaules mon petit frère Paul.
nous faisions les couillons chassant le papillon..
avec notre oncle Jules et son vieux véhicule .
nous avons tous grimper puisqu'il voulait chasser.
en se levant très tôt pour chasser le perdreau.
il nous fit la leçon voyez vous mes garçon.
grand dieu quelles sont belles ces grosses bartavelles
pour en attraper une j'y laisserais fortune.
ceci est un honneur pour tous les grands chasseurs 
soudain dans la clairière, par un sacré mystère
sur un simple doublé mon père cru rêvé
puisqu'il fut très surpris d'attraper deux perdrix.
quelle grande victoire pour cet instant de gloire.
je remercie Pagnol comme un vrai rossignol.
d'avoir fait de ce pas le plus grand des papas.


.

.

jacques83navigateur dans Poésie.
- 99 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.