la lune souffre de la maladie d'amour,

La lune souffre de la maladie d'amour,
elle aime le Rois soleil,
Elle est toute seule, elle habite au ciel, elle l'aime dans les aires, où qu'elle aille.

Lui, il habite son royaume
Il est entouré de tout son monde compris matériaux et ses atomes.
Elle brille, et elle pleure la nuit...
Ses yeux grands ouverts regardant la terre où il habite son bien aimé...

Lui, il le sait, avec elle, il en compati,
par son cœur, et par télépathie... !

Fibrille, Elle verse toutes ses chaudes pluies,
sur toutes ses consœurs arrosées par le même parfum d'amour impossible et lointain, des siens sont amoureuse,
pendant tout la nuit,
Elles compatissent avec elle en pétales de roses,
pleuvant dans les cieux en proses!

Écriant en solidarité tous les mots d'amour,
Qu'elles en jouissent, elles sont toutes en support!
De tous les amoureux des cœurs !

Lui, il le sait,
pendant la journée,
dans son monde irréel,
Il lui écrit à sa reine,
sous le nom de lune:
ô ma reine!
Voici des aires, des mots en prose, mes gardes et des ministres,
et puis voici mon esprit,
qui ne penses qu'à vous ô ma reine.
Ne me déchire pas avec vous beaux yeux illustre,
Et qu'à tes yeux si pleurant,
L'humble Roi soleil soit en vit à vous attendre dans son royaume celui de la reine en amour charnel sera consommé.

Elle cris depuis le ciel:je viendrai toute couverte de ta bénédiction, que le vent vient glacer à mon visage, encore bleuâtre par les pleures pour toi ô! Mon roi- soleil, ayant souffert que ma fatigue, à tes pieds reposés,
Rêve des ces futures chers instant qui la délasseront ,
Dit la lune à son amoureux.

Sur tes murs lèvres je laisserai rouler mes yeux;
Tout sonore encore de tes dernières bises télépathiques.
Lai-je des-toi ô ma reine! T'apaiser de tes grandes tempêtes,
Et que je me repose un peu puisque tu souffre moins la journée, ô ma reine, dit le roi soleil !

Ô ! Mon roi-soleil,
Je suis si haut et loin de toi!
Je vais me préserver,
Souffrir la nuit et me reposer la journée,
Conclut la lune.
Yama.
Texte protégé

yedri2012 dans Poésie.
- 1089 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.