LA MAISON DE RETRAITE

 
 

C’est l’heure, maman, il faut partir,

Tu ne dois plus te recueillir,

Si j’avais pu faire autrement,

J’aurais agi différemment.

 

C’est l’heure, maman, il faut partir,

Sinon, c’est moi qui vais souffrir,

Est-ce un crime d’avoir des enfants,

Un trop petit appartement ?

 

Voyons maman, sois courageuse,

Tu verras, tu seras heureuse.

Tu as besoin de trop de soins,

Je n’en peux rien, je n’en peux rien !

 

Pourquoi prends-tu toutes ces vieilleries ?

Je voudrais que tu fasses envie.

Ta robe neuve est dans l’armoire,

Ton collier d’or dans le tiroir !

 

Mais… tu les laisses, voyons maman,

Ne joue pas au petit enfant.

Je viendrai te voir très souvent,

Nous parlerons tout comme avant.

 

C’est l’heure, maman, tu dois t’enfuir,

Ne cherche pas à m’attendrir.

Ton âme regorge de souvenirs,

Je suis confiante pour ton avenir.

 

Tu ris, maman mais c’est très bien.

Il faut guerroyer son chagrin.

Je n irai pas vers toi, demain,

Une réunion chez des voisins.

 

Il y aura bientôt les vacances,

Je t’écrirai chaque dimanche.

Pourquoi cours-tu, nous avons le temps,

Tu te fatigues inutilement.

 

Voilà, maman, il faut partir,

Je n’ai plus rien d’autre à t’offrir.

Le bonheur est entre MES mains,

Toi… tu n’as plus besoin de rien…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ange dans Poésie.
- 722 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé LA MAISON DE RETRAITE

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Noel Turo Des mots qui en disent longs, face à la réalité de la vie. L'existence est comme dans une impasse, il ne reste qu'une direction... Au fond, il n'y a plus rien, sauf attendre le départ. Merci ange pour cette poésie.
chavigner C'est trop dur,pour moi, actuellement de mettre un commentaire sur ce poème.Peut être un jour. Je peux juste écrire qu'il me touche
Duchesse Très beau poème. J'ai dû moi-même mettre maman en maison de retraite. Elle y a survécu 3 ans, puis s'est laissée mourir à petit feu. La maison de retraite est l'antichambre de la mort... la dernière ligne droite, mais parfois, hélas! on ne peut faire autrement
zoraicha Douloureux!Heureusement cette tradition,cette culture d'exclure les vielles personnes n'existe pas chez,nos vieilles et nos vieux meurent encore,dieu soit loué, entourés des leurs mais troublée à la lecture de vos vers ange!Texte qui donne à réfléchir aux jeunes qui demain seront vieux...
Perceval Je n'ai pas honte de dire que ce joli poème me pince le cœur !
Je ne suis pas contre les maisons de retraite, il en faut mais je suis contre ces maisons qui ne respectent pas nos personnes âgées ! nos "ancêtres" devraient avoir les oins et le services qu'ils méritent ! Bien de sprogrès sont a faire et nos politiques n'en parlent jamais !!
Merci pour ce partage d'actualité !
Amitiés
Marc

HOMMAGE (texte en prose)

Poésie  1230    10  

SOUS L’AURA DU SILENCE

Poésie  1041    9  

Monsieur, Monsieur...

Poésie  909    13  

OUI

Poésie  909    11  

LE CHASSEUR

Poésie  988    11  

Elles…. Les amours

Poésie  913    11  

une rue

Poésie  1022    12  

ELLE AVAIT BIEN ...

Poésie  860    9  

J`AI PEUR

Poésie  1342    16  

JE PEUX

Poésie  817    7  

DIS-MOI

Poésie  596    11  

Vieillir n est qu un verbe...

Poésie  1519    11  

Qui êtes vous morale ?

Poésie  678  

un regard*

Poésie  562    3  

Emotions

Poésie  884  

Casablanca, un monde fou

Poésie  759  

Alinéa

Poésie  1241    12  

Prieres

Poésie  713  

Le calvaire du stagiare, ...

Inclassable  776  

A la source d 'une larme

Poésie  745  

la brière

Poésie  285  

Femmes ! …

Poésie  1108    15  

Neige

Poésie  673  

Les amants infidèles

Poésie  1132  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.