La maison de retraite

J’ai eu quatre vingt ans hier
Ne croyez pas que j’en sois fier
Une  bougie sur ma compote
A mes cotés roupille un pote

Dans cette maison de retraite
Seule une employée me maltraite
Mais d’elle je suis amoureux
Je me tais si c’est douloureux

C’est elle qui fait ma toilette
J’ai son parfum sur la serviette
Et le soir en fermant les yeux
Je vous assure je suis heureux

Elle a vingt ans elle est charmante
Ses yeux sont couleur de menthe  
Les miens vont bientôt se fermer
Mais laissez-moi encore l’aimer

chavigner dans Poésie.
- 109 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.