La nuit du destin...

Nous sommes le 26 du mois de ramadan, journée différente de toutes celles de l'année. C'est surtout la nuit qui est particulière, son rituel est surprenant.

Chaque année, à la même date, un sentiment bizarre s'empare de moi. Je remémore ce jour avec amour et nostalgie. Il s'agit de laylat Al Qadr ( La nuit du destin)

Depuis que j'ai quitté ma ville natale, je ne la fête plus de la même manière qu'autrefois mais je ressens toujours la même chaleur, le même parfum d'antan.

Nuit du Destin, tu me rappelles mon enfance ainsi que mon adolescence. Tu es différente de toutes les autres nuits.

Nouveaux vêtements, robe courte ou chemise et jupe. Et surtout de nouvelles chaussures noires vernies avec chaussettes blanches.

C'est l'occasion de faire le tour des cimetières où sont enterrés nos morts et de faire la connaissance de ceux que je n'avais jamais croisés auparavant, mes arrières grands parents ainsi que lointains oncles et tantes.

Chaque année, c'est le même rituel, et à chaque fois c'est comme si je m'y rends pour la première fois, excitation et enthousiasme daller chez nos défunts, élégamment habillée.

La visite ne se fait pas les mains vides, cest mal vu. Nous accompagnent, le bois de lOud, encens, eau de fleurs doranger et bougies.

Après la rupture du jeûne, tout le monde se prépare, s'habille convenablement pour se rendre chez les morts.

Un autre rituel: avant de sortir, on parfume et éclaire toute la maison car cette nuit là, les anges et les esprits descendent du ciel. C'est la nuit de l'illumination, de la paix et de la sécurité pour toutes les créatures de Dieu. Toute animosité n'est pas la bienvenue.

Une fois arrivés à nos cimetières, l'ambiance est celle des grandes fêtes : intenses lumières et belles senteurs égaient ces endroits sombres et froids durant le reste de l'année.

Adultes et enfants font le tour des tombes ; ils les nettoient, les parfument et les illuminent avec des bougies.

Les lieux sont gais et en même temps sereins. Nos morts semblent heureux de nous accueillir dans leur demeure.

Les adultes, assis autour de leurs défunts, discutent de différents sujets, Les enfants, quand à eux, jouent, courent par ci, par là tout en faisant attention à ne pas piétiner les tombes.

Aujourd'hui et chaque année, à l'occasion de la Nuit du Destin, mon cœur se serre et je ressens cette envie d'aller me ressourcer dans ces endroits sacrés. Me visite ce même sentiment d'autrefois, effleurent  mes narines ces mêmes odeurs, celles de l'Oud, l'encens et de l'eau de fleur d'oranger…

venus2015 dans Poésie.
- 991 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.