La page blanche . Amical clin d’œil à Constant

Je sens la dépression qui doucement arrive
J’ai beau rester assis la rime ne vient plus  
Comme le déprimé qui regarde la rive
Je cherche en vain mes mots mais l’envie n’y est plus

Écrire pour ne rien dire me semble malhonnête  
Je ne sais pas pourquoi et j’en suis malheureux
Mes idées qui sortaient nombreuses de ma tête
Restent depuis des jours dans mes centres nerveux

Pendant que mes amis recouvrent de poèmes
Le site sympathique où des heures je passais
Moi comme un abruti je ressasse ma peine
A faire rimer les mots à manier le français

J’attends, c’est un peu long, qu’arrive la retraite
Pour profiter du temps avant que d’être vieux
Et vivre tous les deux, si elle le souhaite
De nombreuses années et toujours amoureux

chavigner dans Poésie.
- 933 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.