La page était tournée

La page se tournait affichant le mot fin
Le moment n’était plus aux regrets inutiles
Et les pardons tardifs ne servent pas de frein
Lorsque l’amour est mort plus rien n’est utile

A deux dans la maison elle était pourtant vide,
Depuis de nombreux mois même quelques années.
Chacun de son coté telle une chrysalide
Créait le papillon de belles envolées

Dans un dernier sursaut dans un dernier espoir
Lui voulut en finir de façon maladroite
Théâtrale moment ourlé de désespoir
Chantage au sentiment que la douleur exploite  

Enfermé quelques temps dans une triste chambre
Ne contrôlant plus rien, souvenirs effacés
Il ne leur  parle plus de la corde de chanvre  
Mais ses yeux sont toujours, vers le ciel, dirigés  

Elle ne parle pas mais sa tête bourdonne
S’enfonçant lentement dans la dépression  
Elle aimerait surtout que sa fille pardonne
Au lieu de juger et mettre la pression.

chavigner dans Poésie.
- 860 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.