La pluie !...

                                                       Divines larmes célestes,
                                                       Quelles sont tes raisons funestes ?
                                                       Sur quelle peine du monde,
                                                       Verses-tu ces tristes ondes ?  

                                                       Ta foudre dans le ciel obscur,                                          
                                                       Purifie-t-elle nos cœurs impurs ?
                                                       Est-ce ta voix ? ...Ce tonnerre !...
                                                       Pour nous crier ta colère…

                                                       A moins, que se ne fût Lucifer,
                                                       Qui nous voyant, rit en enfer !...
                                                       Est-ce avec Satan, un duel ?
                                                       Le bien et le mal éternel,
                                                       Comme le temps perpétuel,
                                                       Se succèdent, en un rituel ;

                                                       Inlassable, je t’écoute,
                                                       Tu me parles, goutte-à-goutte,
                                                       Se pourrait-il que mon humeur,
                                                       Glisse doucement dans l’erreur ?...

                                                       Pluie divine, perle de joie,
                                                       Avec émoi je te reçois !...
                                                       Pardonnes-tu ma méprise ?...
                                                       Pure eau de vie, je me grise !...
                                                       
                                                       Vieille Dame, notre Terre,
                                                       Asséchée, se désaltère ;
                                                       La vie chante et ruisselle,
                                                       Jusqu’aux cimes éternelles.
                                                       
                                                       Verte prairie, tu refleuris,
                                                       Un escargot te dit : merci !...
                                                       La fourmi va à la plage
                                                       La tortue oublie son âge…

                                                       En cadence, il pleut averse,
                                                       Et en douceur tu me berces,
                                                       Au crépuscule, je m’endors,
                                                       A l’aube, brille un soleil d’or !

Noel Turo dans Poésie.
- 813 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.