La poésie ne serait-elle pas l'écriture de l'âme ?

Que peut bien penser l'oiseau dans la force des vents ascendants ?

Que peut bien ressentir le dauphin, surfant dans l'écume des mers ?

A quoi peut bien penser l'homme face à l'immensité ?

Que chante le vieil indien face au soleil, quel pouvoir, quelle relation, invoque-t-il ?

Quel appel envoie le loup , la nuit venant, quand la lune se fait belle ?

Où va l'esprit quand l'indicible se fait murmure et que l'âme se mélange aux senteurs
des nouveaux matins, aux vibrations de la terre ?

Entre les portes de puissance, qui vont bien au-delà de la simple ligne d'horizon,entre nuit de Samain et solstice d'été, l'homme entend-il l' esprit premier ?

Que pouvoir comprendre de ce monde d'atomes, de ces âmes perdues en des corps de tentation et de douleurs.

Qui saura un jour nous parler du bruit de l'eau pure, des matins qui chantent, des rêves de l'ours, des visions de l'aigle, de l'amour, si ce n'est le poète.

Qui aura le courage d'abandonner les apparences et réapprendre à reconquérir son âme d'enfant, si ce n'est le poète.

La roue des existences tourne aux rythmes des battements du coeur, le temps  nous apprend l'humilité,
et la raison de vivre.

Qu'avons-nous appris, qu'avons-nous apporté, que restera-t-il de nous, après l'après, un peu de cendres, un peu de pleurs, un peu d'espoir.....

Pourrons-nous, une fois franchi la parenthèse, renvoyer cette lumière, cette vérité tant recherchée ?

Les questions ne sont-elles parfois pas mieux que les réponses ?

Marc de st Point.

Marc de St Point dans Poésie.
- 286 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.