La Renaissance...

 Après avoir retrouvé les racines du passé, retour en Corse à "Coggia"...

                                                              La Renaissance...

                                               Un matin, je suis sorti de l’ombre,
                                               Un matin, j’ai quitté les chemins sombres ;
                                               Renaissance ! Quand l’espoir devient réalité,
                                               Sur la belle bleue je glisse, miroir argenté…

                                               Horizon illuminé, à l’aube flamboyante,
                                               Au loin je t’aperçois, digne beauté rayonnante ;
                                               Lentement, pour moi tu sors de ton écrin,
                                               Comme une perle, sur le cœur que l’on étreint...

                                               Ô terre ancestrale ! ...La mémoire de mes aïeux,
                                               Après Dieu te salut, au-delà des cieux ;
                                               Devant la belle dame, qui ne veut pas vieillir,
                                               Respectueusement je m’incline, sans faillir…
         
                                               L’homme que je suis, n’a rien à t’offrir,
                                               L’enfant que j’étais, n’a que ses souvenirs ;
                                               Je les ramène ici, chargés dans mes bagages,
                                               Je te les restitue, c’était mon héritage…

                                               Il y a fort longtemps, ma famille est partie,
                                               Emporté par le temps, c’était des « Tancrédi » ;
                                               Et sous mes pas s’efface, leur chemin de l’exode…
                                               Dans le vent leurs âmes fredonnent, de leur retour une ode…

                                              Voici le bout du monde, j’arrive au village,
                                              Au cœur de « Coggia », surplombant le rivage,
                                              Il semble réfugié, au pied d’une montagne,
                                              Comme accroché au ciel, que l’azur accompagne…

                                              Une rue qui serpente, autrefois un sentier,
                                              Des murs de granit rose, que l’âge a épargné ;
                                              Tu m’accueilles et m’adoptes, moi je te découvre,
                                              Douce sensation, lorsque nos bras s’entrouvrent…

                                              Ici est la maison, où tous les miens sont nés,
                                              Le maquis, les oliviers sous lesquels ils jouaient…
                                              Discrète, une chapelle…Saint Jacques est passé là,
                                              Coiffée d’un clocher, pour sonner les baptêmes et le glas…

                                              Vagabondage, dans le grand livre du passé,
                                              Mon esprit est son hôte, et ne peut l’effacer ;
                                              Visions douces et éphémères, lecture du temps,
                                              En ces vieilles demeures, au cœur palpitant…                    
                                           
                                             Feuilleter les pages, d’autrefois au présent,
                                             M’inspire des images, voyage grisant,
                                             En ce début d’Automne, qui choisit ses couleurs,
                                             Desséchant herbes et fleurs d’été, aux mille senteurs…

                                             J’imagine ces femmes, toutes de noirs vêtus,
                                             Pour qui le devoir, était une vertu,
                                             Dignes et rigides, revenant de la fontaine,
                                             Coiffées de leur fardeau, aux allures de Reines…

                                             Et le berger, ce philosophe sage,
                                             Souverain du maquis, dans son ermitage,
                                             Enfant de la montagne, il aime son village,
                                             Divinement, le lait il transforme en fromage

                                            Il y a ici-bas, de la sérénité,
                                            Où règne apaisement et convivialité,
                                            Où l’on refait le monde, simplement sur un banc,
                                            Où chacun se dévoile, après le soir tombant…

                                            Jalousie du temps, qui passe comme le vent,
                                            Déjà le crépuscule, du départ émouvant,
                                            Ma vie est ailleurs, mais mon cœur est ici,
                                            L’homme est bien faible, le destin est ainsi…

                                            Savoir partir, c’est aussi se rapprocher,
                                            Remercier son étoile, ne point l’effaroucher ;
                                            Désormais entre nous, simplement l’horizon,
                                            En imaginant le maquis, en pleine floraison …

                                            Quand je serai parti, tu te rappelleras,
                                            Quand mes enfants viendront, tu leurs raconteras …

Noel Turo dans Poésie.
- 667 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.