La robe noire

Lentement a glissé la longue robe noire

tout au long de ses hanches comme dans le ralenti 

d'une séquence de film


Une bretelle descendue puis l'autre aussi venue

ont libéré d'un coup dans un froufrou feutré

le fourreau satiné



De la sombre corolle qui encercle les jambes

la blancheur de la peau éclaire dans la pénombre

et sur l'obscur du mur



Profil aux formes douces arrondis rassurants

attirantes surfaces invitant au refuge

et aux douceurs sucrées



La peau appelle la peau

il se dénude aussi rapide et maladroit

tendu et fasciné il rejoint son aimée



Un long basculement dynamite le désir

embrume les censures entraîne hors des limites

et roule vers le plaisir



Pierre-Sauveur B.
   

Pierre-Sauveur B dans Poésie.
- 48 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.