La veille de ton mariage

Ce soir, je me souviens de ta naissance,
où tendrement, dans mes bras je te berçais,
Ce soir, je me souviens de ton enfance
De tes rires de tes larmes et de tes baisers.

Quelquefois, en rentrant de l'école,
D'après les notes que tu m'annonçais
Une petite fessée et beaucoup de paroles
Alors sur tes joues, de grosses larmes coulaient.

Puis le plus simplement du monde
A petits pas tu arrivais,
les yeux encore humides et penaude
Et de baisers je te couvrais.

En femme que tu es devenue,
Mon enfant, mon bébé tu resteras
Ce soir je me sent un peu nue,
Je voudrai te serrer dans mes bras.

Demain, dans la douceur du jour,
Le village tout en haut de la colline
Sera illuminé par des reflets dores
Les cloches sonneront a toutes volées
Pour accueillir la jeune mariée.

mamida dans Poésie.
- 946 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.