La vérité me disait

J’ai parcouru les déchargesd’immondices
Pour retrouver en liberté les vraisindices
Qui répugnent à vous donner les bonnespratiques
De ces vérités pour lesquelles, je nesuis  indic
 
J’ai retourné patient, la médisance,l’insuffisance
Trié toutes les souffrances,  là solide en abondance
Mis de coté  la confiance, l’espérance et la méfiance
J’ai brûlé sans plus tarder  l’intolérance, la répulsion
 
Puis fut un jour, la tête enfouis  dans les pestilences
En grande affluence au fond de mes réminiscences
J’ai découvert un grand trésor auxberges des silences
La vérité qui  s’évaporait, déferlait au ciel de mon âme
 
La vérité me disait d’écouter, de me taire,d’être sage
Elle repose dans une belle résidencede plein pied sans étage
Elle sort de  son chez soi rassurée par votre fidèle  image
Introduite légère chez l’ami,destituée d’une quelconque  fureur
 
Je me dois de la garder joyau demon  active  pensée
Sertie de toutes mes volontés, assurances  
gratifiées
D’un bon plan  pour mon destin qui s’épuise inné
Afin ‘d arborer la hampe de ma vie àcette source ragaillardie
 
Et le temps marchant d’un bon pasl’accompagnera
Quand dans le besoin elle se dirigeravers ces galas
Où votre conscient se met en quatrepour le bon apparat
De  votre pensée qui conclura votre acte dans sa  bronca.
☼₣€

modepoete dans Poésie.
- 1468 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.