L'adagio d'albinoni

Je t'écoute et tu me transportes
Je vole, comme chacune de tes notes
Cinq minutes, cinquante cinq secondes
De pur mélodie qui s'inonde,
Qui s'invite dans mon salon
Je vibre, chaque accord du violon
Ton souvenir avec émotion
Je garde du départ de tonton
Quand le paysage se referme
Que chaque visage devient blême...
D'où me vient ce sentiment
De dur mélancolie sur l'instant
Quand par ton rythme si fort
Je pense à toi mi amor
Les cordes au son si parfait
Ne font qu' accentuées
La nostalgie qui m'envahie
En cette fin de samedi...
Que ta résonance immortelle
M'emmène encore longtemps avec elle
Je ne me lasserai jamais
L'Adagio de t'écouter...

Naromi dans Poésie.
- 535 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.